OM, À JAMAIS LES PREMIERS AU CINÉMA VIDÉODROME 2 DE MARSEILLE

« A Jamais les Premiers ! ». Plus de quinze ans après la victoire de l’Olympique de Marseille en finale de la Ligue des Champions sur le Milan AC, le slogan donne encore des frissons à des milliers de personnes. Avant ce 26 mai 1993, l’OM était un grand club de football. Au soir de ce match historique, dans le stade olympique de Munich, il est devenu une légende.

Dans le cadre de son cycle « D’abord la chaussette gauche », le Vidéodrome 2  de Marseille vous propose de revivre cette soirée mythique, le samedi 22 juin à 19h. 

Soyez prêts à donner de la voix !

AUTEUR(S)/RÉALISATEUR(S):  Gilles Perez et Gilles Rof
COPRODUCTEUR:  France 3
ANNÉE: 2008

DURÉE : 90’

Ce film donne à voir, par la parole d’anonymes, la force de la passion olympienne. Eternelle, brûlante, folle et terriblement humaine. Il montre aussi l’impact psychologique de l’événement sur une ville décriée, perpétuellement en quête d’une hypothétique revanche. Une ville qui tient, ce soir d’été 93, sa première rédemption sur la voie d’un renouveau médiatique et économique.

Ce documentaire retrace en 90 minutes – la durée d’un match – la dramaturgie d’une semaine unique dans l’histoire du sport français. Une semaine où l’OM devient champion d’Europe, puis champion de France (dans un match épique contre le PSG) avant de tomber dans le gouffre honteux et traumatisant de l’affaire Valenciennes-Marseille. Mauvais feuilleton qui passionnera la France et conduira le club en deuxième division, et, plus grave, un joueur, Jean-Jacques Eydelie et un dirigeant, Jean-Pierre Bernès en prison.

Boli, Deschamps, Desailly, Sauzée, Völler, Barthez, Eydelie, Bernès…  Les plus grandes stars de l’OM 1993 racontent comme ils ne l’avaient jamais fait leur moment d’éternité.

Des témoignages qui se mêlent à ceux de dirigeants, de journalistes, d’artistes – Patrick Bosso, Massilia Sound System, Marcel Maréchal, Michel Aliaga, Pape Diouf, Christophe Bouchet, Soprano, Eugène Saccomano, Jean-Pierre Foucault…- pour dresser le portrait d’une époque et d’une odyssée. Une histoire qui parle aussi de corruption, des mauvaises manières du foot français, des soupçons de dopage et dresse, au final, le portrait d’un club et d’un peuple à part.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.