CHRONIQUES MÉDITERRANÉENNES – FORCALQUIER

icon-fichetechniqueANNÉE : 2019

DURÉE : 26′

RÉALISATION: Stéphane Stasi

DIFFUSION :  20 janvier 2018 sur France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur

Cette semaine, Chroniques Méditerranéennes vous emmène à mi-chemin entre la Provence et les Alpes, dans une ville en mouvement où l’histoire continue de s’écrire : Forcalquier.

Quoi de mieux pour se familiariser avec la ville que de découvrir les senteurs de sa région ? Parfums et cosmétiques sont à l’honneur dans le couvent des Cordeliers, réhabilité en centre universitaire européen des senteurs et saveurs, comme l’explique Olivier, son directeur. L’occasion pour Nathalie de tester son odorat dans le tout nouveau « Artemisia museum » et de fabriquer sa première huile visage hydratante.

Place ensuite à la découverte d’une profession centenaire avec Sylvain, le carillonneur. Le carillon de Forcalquier, rénové entre autres grâce aux dons des Forcalquiérens, est bâti au sommet de la citadelle, offrant un panorama somptueux sur toute la ville et ses environs. En avant la musique !

Forcalquier n’oublie pas de vivre avec les enjeux du présent : depuis dix ans les habitants bénéficient d’un « Village vert » où se sont regroupés des producteurs bio. Stéphanie et Leslie en sont une étape incontournable. Dans leur roulotte ces « Mamies dans les orties » comme elles se surnomment, concoctent chaque jour des plats sains et végétariens avec des ingrédients 100% locaux.

L’agriculture écologique tient une place importante à Forcalquier, comme nous le découvrons avec Carole et Sylvain, reconvertis dans l’élevage porcin biologique et en plein air. Nathalie arrive pile à temps pour peler les gousses d’ail qui serviront à la confection de leurs fameux saucissons…

Direction le prieuré de Salagon où Nathalie fait la connaissance de François, jardinier du Musée de Salagon. Celui-ci nous fait visiter un jardin pas comme les autres qui rassemble des milliers d’espèces du monde entier et nous révèle les étonnantes origines de la ratatouille.

Nathalie rejoint enfin Sylvain et Carole pour un apéro dans le massif des Mourres, illuminé par le coucher de soleil. Ces formations rocheuses, comparables aux cheminées de fées de la Cappadoce, offrent un cadre inoubliable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.